Photo de Roujan  Logo de Roujan
Mairie de Roujan - Site Officiel Site officiel de la mairie de Roujan. Retrouvez vos informations locales, les actualités et agenda de Roujan, l'annuaire des associations et des entreprise de votre village, contactez votre mairie
Place de la Mairie 34320 ROUJAN France 0 4.67.24.60.66 contact@roujan.fr

HISTOIRE

 

La première mention connue de Roujan date du IX siècle.

Erigé sur des collines, ce lieu a connu différentes dénominations au cours des siècles :

- CASTRUM LOCUM ROGANI (893)

- CASTELLO DE ROGANO (1059)

- ROIANO (1156)

- DE ROJANO (1160)

- DE ROGIANO ET ROGIANUM (1172)

Il semblerait que l'origine du nom soit dérivée de roia, rog, roga, autrement dit rouge.

En effet une partie des sols de la commune ont cette couleur prédominante (entre autre la grange rouge).

Voilà donc en quelques lignes, l'évolution du nom de Roujan.

 

plan de roujan au XVe siècle

 

Roujan dispose aujourd'hui, d'un bourg en circulade entouré d'anciens remparts dont l'origine remonte aux premières occupations.

Les arcs de trois des anciennes portes d'accès : Saint Laurent, Saint Pierre, Bibal, subsistent.

Le village s'est progressivement libéré de son enceinte pour se développer sur une première couronne, puis sous l'effet de la pression foncière a poursuivi son extention de manière plus large. Avec ses maisons aux grandes portes cochères pour entrer les charrettes et abriter le matériel, les pièces à vivre à l'étage, la deuxième extension du village rappelle son passé essentiellement viticole. La dernière couronne abrite un habitat constitué d'une succession de lotissements, moins denses, moins typiques de la région mais néanmoins, en parfaite cohésion avec le centre ancien.

 

 

Animal totémique de Roujan : le hérisson

 

herisson

 

La légende raconte que Sainte Marthe, partie à la poursuite de la Tarasque qui semait la terreur dans la Basse-Vallée du Rhône, leva une armée de hérissons pour combattre le monstre et protéger le village.

Mais la Tarasque ne vint pas et les hérissons furent autorisés à rentrer dans leurs quartiers. Seul l'un d'entre eux décida de rester au village de Roujan, où il fut nourri et choyé par les habitants qui en firent leur animal fétiche.

Si l'épopée de Sainte Marthe contre la Tarasque se situe dans les années 48 à 68 du début de notre ère, il semble que l'origine de la légende de Roujan soit plus tardive.

Elle semble être issue d'un évènement survenu au Moyen Âge dont voici l'histoire : autour de l'an mil, le consul de Roujan avait offert le couvert et le logis à un étranger qu'il avait rencontré sur les bords du ruisseau de l’Oum. Or il s'avéra que cet étranger n'était qu'un espion à la solde de pillards qui écumaient la région. Plus tard, le seigneur de Roujan narrait cette histoire en occitan. Et disait « A romegat e me soi levat ! ». Ce que les Roujanais interprétèrent comme étant une référence au hérisson, qui avait crié quand l'homme l'avait écrasé. Depuis, l'animal totémique de Roujan porte le nom de "Romegaire" ([rrume'ɣajre], c'est-à-dire celui qui rouspète).

 

 

Frédéric Mistral a décrit la Tarasque dans Mireio :

 

 

La bèstio a la co d’un coulobre, / La bête a la queue d’un dragon,

D’iue mai rouge qu’un cinobre, / des yeux plus rouges que cinabre,

Sus l’esquino a d’escaumo e d’àsti que fan paur ! / sur le dos des écailles et des dards qui font peur.

D’un gros leinoun porto lou mourre, / d’un grand lion elle porte le mufle,

E sièis pèd d’ome pèr mies courre, / elle a six pieds humains, pour mieux courir.

Dins sa caforno, souta un moure / dans sa caverne, sous un roc

Que doumino lou Rose, emporto ce que peu / qui domine le Rhône, elle emporte ce qu’elle peut.